Accueil SectionsPartenor et la reprise ?

Je pense que je devrais ici rendre hommage au bon sens et Ă  la mesure dont fait preuve la Direction… C’est inattendu de notre part puisque nous sommes de vilains islamo-gauchistes qui ne pensent qu’Ă  mettre des bâtons dans les roues de la Direction et sacrifieraient bien l’entreprise sur l’autel du syndicalisme bouillonnant.

HĂ© bien non ! Nous gardons une certaine mesure. Pourquoi sommes nous syndiquĂ©s ? Pour faire chier ? (petite parenthèse : autant parler cru pour que les choses soient claires, je continue sur cette lancĂ©e donc, certains trouveront que je suis vulgaire, moi pas). Non. Se syndiquer, payer une cotisation mensuelle en sus de toutes les charges qui pèsent sur nous, participer aux rĂ©unions, aux manifestations, aux dĂ©bats, Ă©crire des Ă©ditos, des tracts, des communiquĂ©s juste pour faire chier ? Non. Le syndicalisme, on y vient par conviction. La nĂ´tre est qu’il faut essayer de sauver ce qu’il est encore possible de sauver. Voire de gagner. La lutte des classes est toujours d’actualitĂ©. Mais pour l’instant ce sont les ultra-riches qui l’ont gagnĂ©e. Et nous ne voulons pas mettre le genou Ă  terre. Alors pourquoi le syndicat ? pourquoi pas la politique ? Pourquoi introduire un syndicat lĂ  oĂą il n’y en avait pas ?

On ne peut ĂŞtre syndiquĂ© que si on est salariĂ©. Le syndicat dĂ©fend les salariĂ©s, ou les travailleurs pour parler plus syndical… J’aurais Ă©tĂ© salariĂ© Orange, Sopra, … j’aurais agi de mĂŞme. C’est tombĂ© sur Partenor…

Alors nous sommes syndiquĂ©s et ça nous aide dans notre quotidien d’Ă©lu ou de mandatĂ©. Comment ? Nous avons accès Ă  des ressources, des personnes, des aides que nous n’aurions pas en tant que simples Ă©lus du CSE. Et puis, le syndicat, c’est un confraternitĂ© de personnes qui essaient d’aller dans le mĂŞme sens et s’entraident. Aurai-je trouvĂ© cela en Ă©tant simple Ă©lu ? Non. Je le sais, j’ai Ă©tĂ© simple Ă©lu pendant 4 annĂ©es oĂą j’ai du subir l’immobilisme de la plupart des autres Ă©lus et je n’avais d’autre champ d’action que l’entreprise. Maintenant, je suis ce qu’il se passe chez Partenor, je participe, mais je suis aussi ce qu’il se passe dans toutes les entreprises de France et ça m’enrichit de tout ce qu’il s’y passe, de tout ce qu’on y fait, de toutes ces luttes idiotes mais nĂ©cessaires pour obtenir l’accès au R.U.P. qui est normalement accessible Ă  tout Ă©lu du CSE, ou obtenir que les horaires des salariĂ©s soient respectĂ©s, ou obtenir que les salariĂ©s ne soient pas ostracisĂ©s pour une quelconque raison qui n’a pas lieu d’ĂŞtre… et encore plus. Je ne dis pas que cela se passe chez Partenor, mais si cela s’y passait, nous serions prĂ©sents, en première ligne.

Alors la reprise, l’après COVID-19, pour l’instant c’est restez chez vous, travaillez en tĂ©lĂ©travail, profitez du calme, s’il y en a, de votre demeure, Ă©vitez les transports… Nous allons dĂ©mĂ©nager d’ici le mois de septembre et ce sera bien parce que les locaux seront propres, neufs, et mieux organisĂ©s et si quelques dents grincent, qu’elles viennent nous voir. Peut-ĂŞtre saurons nous faire en sorte qu’elles grincent moins ?

contact

Vous aimerez peut-ĂŞtre aussi

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Politique en matière de confidentialité et de cookies