Militez, adhérez !

adhérer, syndicat, SUD GFI

Télécharger le bulletin d’adhésion

POURQUOI SE SYNDIQUER A Solidaires Informatique ?

Tout d’abord, vous devez savoir que près de 90% des patrons sont syndiqués, au MEDEF, CGPME, SYNTEC, UIMM, …

Et pourquoi pensez-vous qu’ils le soient ? Pour défendre leurs intérêts, pour faire valoir leurs droits, pour faire pression sur les pouvoirs publics, pour mettre en commun leurs forces, etc.

Qu’est ce qui fait peur aux patrons et aux employeurs ?

Des salariés organisés, solidaires, des salariés prêts à se battre pour défendre et faire appliquer leurs droits, pour améliorer leurs conditions de travail.

Rejoindre Solidaires Informatique ne signifie pas être obligé de participer à quoi que ce soit mais c’est déjà agir, s’investir et ne plus être seul.

Se syndiquer à Solidaires Informatique, c’est refuser la fatalité, c’est faire partie de ces salariés qui veulent changer le cours des choses.

Rejoindre Solidaires Informatique, c’est la possibilité d’apprendre à s’organiser, c’est la possibilité de discuter, de réfléchir collectivement, de rassembler les énergies. Rappelons que SUD est indépendant de tout parti politique.

Solidaires Informatique développe son action en fonction des seuls intérêts des salariés. Pour nous, faire du syndicalisme est un choix non un plan de carrière, ni une profession. A ce titre, nous refusons de bénéficier d’avantages particuliers liés à notre activité syndicale.

Solidaires Informatique : un syndicat indépendant.

La défense des salarié-es ne s’arrête pas une fois franchie la porte du local syndical. C’est pourquoi nous participons aux mobilisations pour défendre non seulement nos acquis mais aussi les chômeur-euses, les sans droits, pour l’égalité des hommes et des femmes, contre le racisme et l’extrême droite ou pour une « autre mondialisation ».
C’est aussi pourquoi nous appartenons à l’Union Syndicale Solidaires qui avec ses 110 000 adhérent-e-s regroupe des syndicats de tous secteurs professionnels.

A QUOI SERVENT VOS COTISATIONS ?

Adhérer à un syndicat est un acte fort :
–    un engagement moral à travers votre simple soutien, votre implication actuelle ou future dans les instances représentatives du personnel ou encore votre force militante dans la vie de votre syndicat et dans les actions interprofessionnelles
–    mais aussi un engagement financier au travers des cotisations que vous vous engagez à verser au syndicat que vous avez choisi

Il est donc légitime, avant de franchir le pas, de vous interroger sur l’utilisation qui est faite de vos cotisations.
Chez Solidaires Informatique, chaque année l’Assemblée Générale ou le Congrès, qui réunit l’ensemble des adhérents qui le souhaite, étudie en détail et valide les comptes du syndicat : le budget réalisé de l’année écoulée et le budget prévisionnel de l’année à venir.
Cette transparence financière, essentielle à notre bon fonctionnement, est inscrite dans les statuts de notre syndicat :
« […] Chaque année, les comptes sont arrêtés par le bureau. Ils sont ensuite présentés et doivent être approuvés par l’Assemblée Générale ou le congrès afin de donner un quitus au trésorier. Tous les ans, lors de l’approbation des comptes, l’Assemblée Générale ou le congrès décide de l’affectation de l’excédent ou du déficit.

L’Assemblée Générale annuelle se prononce sur le rapport d’activité et sur le rapport financier après présentation et débat. Ses décisions sont prises à la majorité absolue des  adhérents (présents ou représentés). Elle adopte un budget prévisionnel. […]»

LES RESSOURCES du syndicat sont à 90 % assurées par les cotisations des adhérents, d’où leurs importances.

LES DEPENSES : La plus grosse partie de nos dépenses est consacrée aux frais d’avocat et d’assistance juridique, essentiels pour préparer les négociations des accords collectifs, assurer leurs applications et défendre les salariés en cas de conflit.
Les autres postes de dépenses sont ensuite : les frais téléphoniques, les frais de formations des élus ou adhérents qui le souhaitent, l’achat de livres ou revues pour les adhérents ou les DS  (ligne « matériel »), l’organisation de repas débat, les frais d’affranchissement (envoi de documentation aux adhérents ou de courrier à la Direction), l’organisation des AG ou congrès, la solidarité syndicale, les frais pour assister aux réunions syndicales, …