Accueil Mise en avant Pour Quantic Dream, combattre le harcèlement, c’est censurer le Défenseur des Droits

Pour Quantic Dream, combattre le harcèlement, c’est censurer le Défenseur des Droits

par Solidaires Informatique

Pour Quantic Dream, lutter contre le harcèlement, c'est censurer le Défenseur des Droits

Mardi 10 mai se tenait le procès en appel qui opposait Quantic Dream à l’employé qui découvrait qu’étaient diffusés au sein de l’entreprise des photomontages racistes, sexistes, homophobes, etc. Il faisait part de cette découverte à la direction et se trouvait poussé vers la sortie.
Par une pirouette juridique, l’entreprise a convaincu la cour de renvoyer le dossier en Janvier 2023 devant le ministère public.

Le Défenseur des Droits participait au procès et devait prendre la parole pour exposer le harcèlement d’ambiance au sein de l’entreprise ainsi que les discriminations subies par l’employé suite à son signalement. Pour éviter une nouvelle condamnation, Quantic Dream a déployé une stratégie osée : empêcher le Défenseur des Droits de s’exprimer en considérant que son intervention au procès relevait de « l’abus de pouvoir ».
Pour rappel, le Défenseur des Droits est la plus haute administration française de lutte contre les discriminations. Exiger son silence en dit long sur la politique de cette entreprise qui se prévaut pourtant d’être « respectueuse, accueillante et solidaire ».

Nous reconnaissons là une stratégie claire de la part de l’entreprise : maintenir les ex-employé-es sous asphyxie financière en multipliant des frais juridiques, tout en repoussant les échéances des procès, de manière que les rendus ne puissent être utilisés d’une procédure à l’autre contre l’entreprise.
Il y a quelques jours, nous apprenions que l’entreprise souhaitait se pourvoir en cassation pour le procès en appel qu’elle avait perdu en Octobre. Il s’agit, à nos yeux, de la même stratégie.

Ce renvoi en Janvier est, à nos yeux, un fiasco pour l’entreprise. Loin de faire taire le Défenseur des Droits, ce renvoi lui permettra d’être entendu par un collège de juges. En jouant la montre, la direction de Quantic Dream ne fait que la publicité de sa propre défaite.

Il y a plusieurs mois, des salarié-es ont mis en place une caisse de solidarité, pour palier aux difficultés financières causées par l’entreprise. Votre aide est précieuse et sera appréciée :
https://www.lepotcommun.fr/pot/2vg0oskx

 

Pour Quantic Dream, lutter contre le harcèlement, c'est censurer le Défenseur des Droits

Communiqué
PRESSE

For Quantic Dream, fighting against harassment is to censor the Human Rights Defender

On Tuesday, May 10th, the appeal trial was held between Quantic Dream and the employee who discovered that racist, sexist, homophobic, etc. photomontages were being distributed within the company. He reported this discovery to the management and was pushed out.
By a legal trick, the company convinced the court to refer the case to the public prosecutor in January 2023.

The Human Rights Defender (Défenseur des Droits) participated in the trial and was supposed to speak about the harassment within the company and the discrimination suffered by the employee as a result of his report. In order to avoid a new conviction, Quantic Dream deployed a daring strategy: prevent the Human Rights Defender from speaking by considering that his intervention in the trial was an « abuse of power ».
As a reminder, the Defender of Rights is the highest French administration in the fight against discrimination. Requiring his silence speaks volumes about the policy of this company, which claims to be « respectful, welcoming and supportive ».

We recognize the company’s strategy: maintaining the ex-employees under financial asphyxiation by multiplying legal expenses, while postponing the deadlines of the lawsuits, so that the results cannot be used from one procedure to another against the company.
A few days ago, we learned that the company wished to lodge an appeal with the Court of Cassation for the case it lost in October. In our opinion, this is the same strategy.

The postponement of the trial to January is, in our view, a fiasco for the company. Far from silencing the Human Rights Defender, this postponement will allow him to be heard by a panel of judges. By playing for time, the management of Quantic Dream is only advertising its own defeat.

Several months ago, employees set up a solidarity fund to help with the financial difficulties caused by the company. Your help is precious and will be appreciated:
https://www.lepotcommun.fr/pot/2vg0oskx

For Quantic Dream, fighting against harassment is to censor the Human Rights Defender

Communiqué
PRESSE

Vous aimerez peut-être aussi

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Politique en matière de confidentialité et de cookies