Accueil SectionsSopra HR ANALYSE DE LA CRISE DU CORONAVIRUS COVID19 – Sopra HR

L’analyse de la crise sanitaire qui nous frappe de plein fouet devra se faire dans les mois qui viennent afin d’en tirer enseignement pour revoir nos pratiques induites par nos idéologies, et dessiner une autre vision du monde que nous voulons vivre, construire et transmettre à nos enfants.

Les constats à ce jour sont qu’un coronavirus, le Covid19, affecte nos santés et que nous sommes en grande difficulté pour nous en protéger de façon normale et sereine, à la hauteur de ce que notre développement devrait nous permettre.

Cette pandémie s’est développée parce que nous n’avons pu la stopper rapidement du fait de manque de moyens médicaux et techniques (tests, traitements, protections, personnels, matériels hospitaliers) contrairement à d’autres pays.

Ce manque d’armes rĂ©sulte de choix idĂ©ologiques de mondialisation, de dĂ©localisation et de « rationalisation Â» financière Ă  outrance des secteurs en charge de notre santĂ© notamment, induisant ce dĂ©sarmement en moyens humains, mĂ©dicaux et techniques pour y faire face.

Nous pouvons applaudir les personnels soignant.es qui subissent les consĂ©quences de la production exclusive en Chine de mĂ©dicaments, de matĂ©riel mĂ©dical (masques, gels, respirateurs), les consĂ©quences de la destruction de notre tissu industriel, les consĂ©quences des logiques financières qui dĂ©truisent les services publics, dont l’hĂ´pital public, les consĂ©quences de la rĂ©duction des effectifs dans l’hĂ´pital, et des suppressions de lits, les consĂ©quences de la rĂ©duction drastique des budgets de recherche fondamentale et mĂ©dicale, nous pouvons les applaudir certes mais est-ce cohĂ©rent quand nous soutenons sans cesse depuis des annĂ©es les choix idĂ©ologiques Ă©conomiques ultra-libĂ©raux qui aboutissent Ă  les mettre et Ă  nous mettre dans ces situations intenables ?

Par ricochet, les entreprises en sont affectées, puisque nous, les artisans de cette activité économique du pays sommes touché.es, mais tout comme chacun.e d’entre-nous devra réfléchir aux conséquences souvent invisibles de ses actes quotidiens dans sa façon de vivre, de consommer et de produire, elles devront savoir se remettre en cause également et assumer leur part de responsabilités dans cette grave crise sanitaire. Elles en paient déjà le prix économique, et nous pouvons espérer qu’elles ne le feront pas porter aux seuls salarié.es.

« Rien ne sera comme avant Â». Faisons que cela ne soit pas pire mais mieux. Cela ne tient qu’à nous collectivement et c’est un message d’espoir.

Portez-vous bien, prenez soin de vous.

Vous aimerez peut-ĂŞtre aussi

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Politique en matière de confidentialité et de cookies