Accueil SectionsPartenor STOPCOVID : le nouveau virus gouvernemental

STOPCOVID : le nouveau virus gouvernemental

par Section.partenor

Alors ça y est, pour nous sauver du virus, le Gouvernement a une idĂ©e très intelligente : nous demander de tĂ©lĂ©charger sur notre tĂ©lĂ©phone (s’il est compatible), l’application STOPCOVID.
Qu’est-elle censĂ©e faire ?
C’est une application qui permet, via le tĂ©lĂ©phone, Ă  toute personne d’indiquer qu’elle a Ă©tĂ© contaminĂ©e par le virus et qui permet donc Ă  toutes les personnes qui sont passĂ©es près d’elle, et qui ont Ă©galement tĂ©lĂ©chargĂ© l’application sur leur tĂ©lĂ©phone, de savoir qu’elles ont peut-ĂŞtre Ă©tĂ© Ă©galement contaminĂ©es (par vous) et peuvent donc agir en consĂ©quence…
Le tĂ©lĂ©phone n’envoie rien de personnel, juste des identifiants calculĂ©s de manière alĂ©atoire qui ne sont conservĂ©s par les tĂ©lĂ©phones que 15 jours, via le bluetooth, dans un rayon allant d’une dizaine Ă  quelques centaines de mètres autour de vous. A chaque tĂ©lĂ©phone qui est a proximitĂ© et qui a Ă©galement l’application, votre tĂ©lĂ©phone envoie ces identifiants. Il rĂ©cupère Ă©galement ceux de ces tĂ©lĂ©phones aussi. Les identifiants envoyĂ©s par votre tĂ©lĂ©phone sont ensuite envoyĂ©s, ou « dĂ©clarĂ©s », Ă  un serveur par votre tĂ©lĂ©phone quand vous dĂ©clarez que vous avez Ă©tĂ© contaminĂ©.e. Ce « serveur » centralise les dĂ©clarations de contamination. Par ailleurs, toute personne qui a l’application sur son tĂ©lĂ©phone peut, via son tĂ©lĂ©phone, demander Ă  ce « serveur » si l’un de ces identifiants reçus par son tĂ©lĂ©phone a dĂ©clarĂ© une contamination. C’est de cette manière que vous pouvez savoir si vous avez peut-ĂŞtre Ă©tĂ© contaminĂ©.e.
Pour l’instant, cette application n’est pas encore au point. Olivier VERAN, ministre de la SantĂ©, ainsi que Monsieur O, secrĂ©taire d’Ă©tat au numĂ©rique, ont dĂ©clarĂ© qu’il s’agissait pour eux d’un dĂ©fi pour que ce soit prĂŞt pour le 11 mai (date du dĂ©confinement gĂ©nĂ©ral oĂą l’application est supposĂ©e ĂŞtre utile).
Qu’en pensons nous chez Solidaires informatique ? Bien Ă©videmment, nous pensons que cette application est inutile, voire dangereuse si elle est utilisĂ©e Ă  mauvais escient. C’est un peu comme l’invention de M. Nobel, la dynamite. Pas un instant cet homme n’avait imaginĂ© que des hommes puissent l’utiliser pour autre chose que pour creuser des trous pour faciliter le travail dans les mines Ă  ciel ouvert. Il savait que son invention Ă©tait dangereuse, mais il n’avait pas imaginĂ© qu’on en ferait des armes !
Ici, cette application peut ĂŞtre dĂ©tournĂ©e de son but premier : voir ICI. Elle peut aussi tout simplement, parce que vous pensez que c’est sans danger, que vous avez toutes les garanties nĂ©cessaires pour l’installer, banaliser tout bĂŞtement la surveillance 24/7/365 de vos dĂ©placements, de vos rencontres : voir ICI. Et surtout, cette application est dĂ©veloppĂ©e par des entreprises qui ne sont pas forcĂ©ment les plus performantes, les plus sĂ»res (SOPRA, Orange, Accenture, SIA Partners… au moins 2 des entreprises qui sont Ă  la tĂŞte du syndicat des patrons des ESN et SSII : SYNTEC) : voir ICI.
Alors notre position est simple : ne tĂ©lĂ©chargez pas cette application. Non contents de fracasser le code du travail, d’appauvrir les futures retraites, le Gouvernement veut maintenant s’en prendre Ă  nos libertĂ©s, dont celle de nous dĂ©placer, de rencontrer des personnes de notre choix, de ne partager nos informations strictement confidentielles qu’avec les personnes de notre choix. Vous masquez la camĂ©ra de votre portable ? Vous refusez le dossier mĂ©dical partagĂ© ? Vous ne laissez ni Google, ni Apple, ni Microsoft, ni Amazon, ni Facebook, ni… personne suivre vos traces numĂ©riques, alors ne laissez pas le Gouvernement entrer dedans.
Et si… ? Elle devient obligatoire ?
La CNIL a Ă©tĂ© interrogĂ©e par le Gouvernement quant Ă  cette application. Et la CNIL est fine et ne s’en laisse pas conter… Elle Ă©crit notamment dans sa rĂ©ponse que l’usage de l’application doit ĂŞtre totalement volontaire : « L’utilisation d’une application sur la base du volontariat ne devrait pas conditionner ni la possibilitĂ© de se dĂ©placer, dans le cadre de la levĂ©e du confinement, ni l’accès Ă  certains services, tels que par exemple les transports en commun. » Comme quoi, mĂŞme la CNIL se mĂ©fie… alors un conseil, vous aussi !

contact

Vous aimerez peut-ĂŞtre aussi

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Politique en matière de confidentialité et de cookies