Négociations CSE 2019 @SopraSteria

Négociations des futurs CSE : êtes-vous concerné.e.s ?

2019 est une année d’élection chez Sopra Steria. C’est évidemment un moment fort de la vie démocratique de l’entreprise, et Solidaires Informatique vous apporte un éclairage sur l’avancement des négociations et vous demande votre avis.

Comme vous le savez peut-être, à partir du mois d’Octobre il n’y aura plus de Délégués du Personnel ni de CHSCT, ni de CE dans l’entreprise. Ces trois instances vont disparaitre au profit d’une seule instance regroupant toutes les prérogatives (indigne loi Macron de régression sociale) : le Comité Social et Economique.

Dans ce cadre les syndicats doivent négocier avec l’entreprise des nouveaux périmètres.

Pour simplifier, il y a deux grandes options qui s’offrent à nous :

  • La position de la direction (et TU) : un CSE national par société (Sopra Steria Group, SBS, SHRS, I2S, Beamap), quelles sont les conséquences  :
    • A priori toutes les prérogatives tenues par une instance nationale, avec des réunions parisiennes
    • Des élu.e.s qui se voient obligé.e.s de se professionnaliser (alors que l’on nous le reproche lorsque nous ne sommes pas sur un projet).
    • Toutes les difficultés de manque de présence locale que l’on sent déjà avec un CE national.
    • Pour l’entreprise une centralisation de toutes leurs instances représentantes du personnel, et donc moins de risque juridique d’une boulette d’un manager local
    • Pour compenser ça, la direction vend l’idée de représentants de proximité, qui seront désignés par les élus et non plus par les salariés (c’est la nouvelle loi). Qui représenteront ces désignés ? Les salariés ? Les syndicats majoritaires nationalement ? pire la direction ?
  • La proposition de Solidaires Informatique : des CSE régionaux multi-sociétés, avec par exemple un CSE Région parisienne regroupant tous les sites parisiens de toutes les sociétés SSG, SBS, SHRS, I2S, un CSE grand Ouest, un CSE Nord Est, un CSE Sud-Ouest, un CSE Sud-Est. Cette proposition peut évoluer géographiquement et sur les périmètres des sociétés, plusieurs options sont possibles. Ci-dessous nos arguments sur le principe de CSE régionaux:
    • Privilégier es élus sur le terrain, qui peuvent travailler en projet avec leurs collègues salarié.e. et donc connaitres leurs problèmes.
    • Des relations sociales apaisées, en évitant l’effet centralisation et les parades auxquels celà mène certains syndicats.
    • Des activités sociales et culturelles localement adaptées
    • Pour la direction, cela oblige à DELEGUER du pouvoir en région, faire confiance à ses managers

Notre opinion est que les salariés veulent de la proximité pour les aider aux quotidiens dans leurs difficultés avec l’entreprise, mais aussi pour que les propositions culturelles aient un sens. Et les élus ont besoin de remontées d’informations au plus prêt du terrain, pas des « on-dit »ou de la pensée prémâchée,  ils ont besoin d’être en capacité d’agir sur les projets.

Cependant nous pensons que ce choix ne peut être uniquement celui de la direction ou des OS, nous proposons donc de voter la :